Nous recourons aux cookies (ou témoins de connexion) afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site web. Découvrez comment nous utilisons les cookies et comment vous pouvez modifier vos paramètres.

L'architecture européenne de sécurité doit être renforcée


L'architecture européenne de sécurité doit être renforcée


Pour nous adapter à l'évolution de l'environnement de sécurité, nous devons être plus efficaces, entre nous, avec nos voisins et dans le monde entier, souligne Javier Solana, qui a pris part à la 45ème conférence de Munich sur la sécurité (du 4 au 6 février), la conférence européenne la plus importante qui est consacrée aux questions de politique étrangère et de sécurité.

M. Solana, quel est le principal message que vous avez fait passer, au nom de l'UE, lors de la conférence de Munich sur la sécurité?

Mon message consistait à dire que nous devons faire face aux menaces communes avec nos partenaires stratégiques au niveau mondial et, dans le même temps, renforcer l'architecture européenne de sécurité.Nous devons entretenir de bonnes relations de voisinage avec les pays limitrophes et de bons partenariats stratégiques avec les acteurs régionaux et internationaux.

Notre architecture européenne de sécurité nous a rendu de grands services, mais elle n'est pas parfaite.Elle était fondée sur une vision des choses qu'il faut conserver, mais qui ne s'est toujours pas totalement concrétisée, à savoir une vaste coopération entre les États-Unis, l'Europe et la Russie dans chacun des trois domaines que sont la sécurité au sens strict (hard security), l'économie et les droits de l'homme.Nos structures de sécurité, étayées par un ensemble très élaboré de règles et d'institutions, sont extrêmement précieuses.Elles nous ont permis d'obtenir des résultats incomparables sur le plan de la paix et de la sécurité.Mais elles ne sont pas parfaites.

L'été dernier, un "conflit gelé" s'est transformé en guerre réelle entre deux membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).Les Balkans ne sont pas totalement stabilisés.Le différend gazier entre la Russie et l'Ukraine a mis en évidence les problèmes de sécurité énergétique auxquels nous sommes confrontés.Nous devons préserver nos acquis et nous appuyer sur cette base pour veiller à ce que les trois piliers de notre sécurité -les États-Unis, l'Europe et la Russie- œuvrent ensemble, dans un climat de confiance, pour la sécurité sur l'ensemble de notre continent et dans le monde.L'entrée en fonction de la nouvelle administration américaine ouvre de nouvelles perspectives à cet égard.

Quels nouveaux dangers menacent aujourd'hui la sécurité internationale?

Les menaces et les enjeux pour notre sécurité qui ont été recensés lors de l'élaboration de la stratégie européenne de sécurité en 2003, sont toujours les mêmes.Toutefois, certains ont pris de l'importance et tous sont devenus plus complexes.Le risque de prolifération des armes de destruction massive s'est accru.Le terrorisme et la criminalité organisée restent une menace, bien que nous ayons fait des progrès dans la lutte contre ces phénomènes au cours des cinq dernières années.La piraterie constitue désormais une nouvelle dimension de la criminalité organisée.La cybersécurité est devenue un sujet préoccupant. La sécurité énergétique soulève davantage d'inquiétudes et la question des incidences du changement climatique en matière de sécurité se pose avec une acuité renouvelée.

Les perspectives que pourrait ouvrir la nouvelle administration américaine en matière de sécurité internationale ont-elles été évoquées lors de la conférence?

Le vice-président américain, M. Biden, a fait savoir, lors de la conférence, que l'administration Obama était déterminée à donner un nouveau ton aux relations de Washington avec le monde.Il a affirmé que les États-Unis allaient pratiquer le dialogue, écouter et consulter.Il a évoqué l'importance des alliances et organisations internationales qui contribuent à promouvoir notre sécurité collective, nos intérêts économiques et nos valeurs.Le vice-président a indiqué que l'Amérique allait en faire plus et qu'elle demanderait à ses partenaires d'en faire plus aussi.Nous saluons cette nouvelle approche de la part des États-Unis. Et nous, en Europe, nous nous réjouissons que les États-Unis nous demandent davantage d'aide.L'Union européenne est un acteur mondial et elle joue sur la scène internationale un rôle auquel elle est très attachée.Les États-Unis sont notre principal partenaire stratégique et il est essentiel que nous associons nos efforts pour contrer les menaces pesant sur la sécurité mondiale, pour promouvoir la démocratie et le développement et pour préserver notre planète.

Quel jugement les pays tiers portent-ils sur la politique étrangère et de sécurité commune européenne?

Les Européens comme les non-Européens souhaitent voir l'Union européenne jouer un rôle actif sur la scène internationale, à la mesure de sa taille et de ses intérêts et responsabilités en termes de sécurité aux niveaux régional et mondial, en parlant d'une seule voix, par le biais de la politique étrangère et de sécurité commune.Nous devons continuer à mettre nos valeurs en avant et contribuer à la sécurité régionale et internationale par nos opérations de gestion de crise.Afin que l'UE donne sa pleine mesure, il faudra qu'elle soit encore plus cohérente et plus active et qu'elle renforce encore ses capacités.Pour nous adapter à l'évolution de l'environnement de sécurité, nous devons être plus efficaces - entre nous, avec nos voisins et dans le monde entier.

(11 février 2009)




Aidez-nous à améliorer ce site

Avez-vous trouvé l'information recherchée ?

Oui    Non


Que cherchiez-vous ?

Avez-vous des suggestions ?